• SDU

    SDU

  • Sondage

    L’éducation «politique, démocratique, d’éthique républicaine et citoyenne» de la population est-elle la meilleure approche ?

    Voir les résultats

    Chargement ... Chargement ...
  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne

Ouverture de la Première Conférence Militante Sur le Thème : Education politique de la population.

Posté par sdu le 10 février 2009

DISCOURS DE M. LE PRÉSIDENT NATIONAL DE L’UNION SOCIALE DEMOCRATIQUE Dr Gustave DEMMANO  Yaoundé, le  10 Janvier 2009 

Mesdames et Messieurs les Présidents et Représentants des Partis politiques,
Mesdames et Messieurs les professionnels de la presse et des médias,
Mesdames et Messieurs les journalistes, 

Distingués participants à la première conférence militante organisée par SDU.
Honorables Invités 

Mesdames, Messieurs, 

                                  

Je suis heureux de prendre la parole pour vous adresser une chaleureuse bienvenue. L’union sociale démocratique S.D.U. que j’ai la lourde responsabilité de présider est une formation politique autorisée par décision du MINATD N° 07/D/MINATD/DAP/SDE/SPP du 10 Janvier 2008. Son siège est à Yaoundé, Département du Mfoundi. 

        Dès l’annonce de l’autorisation de l’Union, des centaines de Camerounaises et de Camerounais ont acquis sans hésitations la qualité d’adhérent. D’autres membres, sans ressources ou aux ressources limitées, sont restés logiquement sympathisants. Au mois de Mai 2008, à l’espace de 5 mois, l’Union était déjà installée dans plusieurs provinces du Cameroun et comptait de milliers de membres et sympathisants. Le 11 Mai 2008 une marche dite de préparation au défilé a été organisée à Madagascar Yaoundé. La participation engagée et ordonnée des militantes et militants de l’Union sociale-démocratique à cette manifestation politique et aux défilés organisés au boulevard du 20 mai à Yaoundé dans la province du centre, à Douala dans le littoral, à Batcham dans la province de l’ouest pour ne citer que ces cas ont  marqué la satisfaction des camerounaises et des camerounais, qui y ont vu l’expression du civisme des membres de l’Union Sociale démocratique et leur attachement à la paix, à l’intégration et à l’unité nationale. 

        Pourquoi des camerounaises et des camerounais reconnus pour ne plus adhérer à des partis politiques même quand la carte de membre est gratuite ont-ils subitement accepté de payer la carte de Membre de SDU à 1000 Fcfa ?. La vérité, c’est que tous les camerounais et nous tous ici présents, nous attendions l’éducation politique et à la citoyenneté de la population. Nous la réclamions même, depuis longtemps. Chacun d’entre nous savait que l’éducation politique de la population était nécessaire, qu’elle était urgente, chacun d’entre nous avait bien conscience que le statu quo ne pouvait plus durer, que nous ne nous émanciperons de la servitude du libéralisme économique au pouvoir que lorsque nous aurons chassé de nos cerveaux l’ignorance et les préjugés que nos maîtres colonialistes, néocolonialistes et les minorités au pouvoir y entretiennent soigneusement, depuis longtemps, avant et après les  indépendances. 

Pour les récentes élections municipales:  L’Union Sociale-démocratique (S.D.U.) était aux mois de juin et août 2008, la première formation politique à  appeler, après analyse, à une révision des lois électorales du Cameroun (Le journal Le jour N°0193 du 24 juin 2006 et le n° 0228 du 04 Août 2008) : lois portant respectivement élection des Conseillers municipaux,  des Députés, des Conseillers régionaux et des Sénateurs modifiées et complétées le 29 décembre 2006.   Elle a montré que « la liste arrivée en tête »  remportera la majorité absolue des sièges au conseil municipal allant de 53% à 100%. 53% pour une majorité relative de 5%, 75% pour 49,99% et 100% si elle est la seule à obtenir au moins 5% des suffrages exprimés. 

Dans un récent article, l’Union démontre que les élections municipales partielles du 26 octobre 2008 à Douala V illustrent pratiquement ces principes anti-démocratiques volontairement insérés dans les lois électorales.  En effet le  RDPC avec 48,78% de suffrages valablement exprimés a obtenu la majorité absolue des sièges (45 sièges) alors que l’opposition SDF et UPC avec un total de 51,22% n’ont obtenu que 16 sièges. Il s’agit dans ce cas de Douala V d’un exemple pratique d’anti-démocratie évidente, d’une injustice qu’il faut redresser en modifiant ces lois électorales. 

          Pour les futures  élections sénatoriales annoncées par le président de la république: 

        Nous rassurons que l’iniquité observée dans la loi portant élection des conseillers municipaux, se retrouve dans la loi portant élection des sénateurs. Une formation politique qui a la majorité absolue des conseillers municipaux de la Région remportera la totalité des (07) sièges mis en compétition, au cas où la mise en place du Sénat intervient avant celle des Régions. La liste ayant obtenu la majorité relative des conseillers municipaux (de 5% à 49,99%) remportera de 05 à 07 sièges, c’est-à-dire une majorité absolue de 71% à 100%, ce qui est une aberration, l’ensemble des sénateurs de la région ne représentant au cas limite que 5% de la population. Il apparaît clairement que l’application de ces lois électorales coûtera très cher au contribuable pour un résultat connu d’avance par tous. Il est nécessaire de se mobiliser pour obtenir la légalisation d’une bonne loi électorale. 

        Revenant à l’éducation politique de la population. Qu’est ce qui garantie l’accession à la hiérarchie d’un parti politique par le mérite ? L’éducation diplômante de la population. Tous les hommes ont tendances à agir égoïstement qu’est ce qui peut leur permettre d’agir dans l’intérêt général ? L’éducation politique de la population. Qu’est ce qui permet de devenir un citoyen digne c’est-à-dire un camerounais qui jouit de sa citoyenneté politique et donc de son droit de vote, de sa citoyenneté civile au premier rang duquel la liberté d’expression ? De la citoyenneté sociale résultant des droits sociaux-économiques: droit à la santé et à l’éducation ? L’éducation de la population. Qu’est ce qui permet au citoyen d’accomplir ses droits et ses devoirs sans y être contraint ? L’éducation de la population. Qu’est ce qui permet aux populations d’éviter le qualificatif de bétail électoral utilisé par certains bourgeois ? L’éducation de la population. Qu’est ce qui permet au peuple de s’approprier de sa souveraineté et donc de donner la souveraineté à son pays ? L’éducation de la population. Les camerounais du 21ème siècle sont-ils prêts à faire confiance à un parti politique qui compte sur l’ignorance de la population ? Non. La réponse est évidement non. 

        L’Union Sociale-démocratique S.D.U., soucieux d’apporter une réponse audacieuse à des problèmes posés au Camerounais du 21ème siècle, a donc crée l’Université populaire sociale-démocratique. L’Université populaire assure l’éducation politique, démocratique, d’éthique républicaine et citoyenne de la population. L’Union est optimiste, elle est persuadée que le savoir rend l’être humain  meilleur. L’éducation de la population est vitale pour le développement d’une société moderne, démocratique et tolérante. Contrairement aux partis politique du siècle dernier qui, en matière d’éducation ne trouve pas trop de sens à un savoir qu’il jugerait dépourvu d’efficacité, préférant de ce fait des hommes ignorants en politique, la personne louée par l’Union social-démocratique (SDU) est plutôt le citoyen lettré, propriétaire, autonome et avide de débat public. La feuille de route de l’Université populaire sociale-démocratique est la fabrication de ce type de citoyen digne.  Ce citoyen nouveau conscient que la recherche de l’intérêt général doit aboutir à l’intérêt particulier et non le contraire. La vocation de l’Université populaire est de permettre l’ascension dans la hiérarchie de l’Union et dans celles d’autres partis politiques selon le mérite. Le cursus scolaire mis en place est un passage quasi obligé pour accéder aux responsabilités dans l’Union. Ce système d’éducation est formé des écoles de sections, des écoles fédérales et d’une école centrale. 

Les écoles de Section ouvertes à tous sans aucune discrimination permettent à la population de maîtriser entre autres des notions de base sur les choix qui lui sont soumises par les partis politiques. Elles préparent aux diplômes politiques, démocratiques, d’éthiques républicaines et citoyennes de niveaux 1.  Les écoles fédérales à l’échelle départementale permettent la formation des cadres intermédiaires des formations politiques. Elles préparent au diplôme politique, démocratique, d’éthique républicaine et citoyenne de niveau 2.1 et 2. 2  

L’école centrale forme des grands cadres des partis politiques. Elle prépare au diplôme « politique, démocratique, d’éthique républicaine et citoyenne » de niveau 3. 

L’éducation de la première promotion des écoles de sections de Yaoundé et de l’école fédérale de la Région du Centre s’est terminée le 06 Janvier 2009. Plus de 500 personnes ont suivi les cours de niveau 1. 50 personnes ont accepté de se soumettre aux évaluations, 30 personnes recevront dans un instant leur diplôme politique de niveau 1. Pour l’école fédérale de la région du Centre, quatre personnes ont terminé la formation de niveau 2, ils recevront leur diplôme dans un instant.  Plus de six cents (600) nouvelles personnes sont en cours de formation dans les écoles de sections à Yaoundé et ce nombre est sans cesse croissant. Dans les autres régions du pays, l’éducation politique commencera très prochainement. 

Mesdames et Messieurs les diplômés de l’Université populaire. 

Le diplôme que vous allez recevoir dans un instant atteste que vous êtes maintenant bien outillés pour participer consciemment à la vie politique de votre commune et de votre pays. Vous pouvez maintenant être des citoyens dignes (et non passifs) jouissant et accomplissant spontanément  vos droits sans y être contraint, ni être flatté. Seules vos actions quotidiennes permettront de faire la différence entre vous et les autres camerounais. 

Chers sociaux-démocrates, 

Les conférences militantes sont des prestigieuses occasions de contacts rapprochés entre les militants. Aussi cette conférence sera sans nul doute pleinement couverte d’échanges pertinents entre les participants. Des propositions et résolutions pertinentes seront élaborées au regard de l’importance du thème. 

Mesdames et Messieurs,

Permettez-moi d’exprimer nos remerciements à tous les journalistes, les représentants des partis politiques  et à tous les invités qui ont participé à l’ouverture de cette conférence. 

Je souhaite également exprimer mes remerciements aux sections et au bureau régional de l’Union sociale démocratiques qui ont organisés cette conférence dans les conditions particulièrement difficiles. 

L’Union Sociale-Démocratique souhaite à tous 

 Bonne et heureuse année 2009. 

Vivre l’Université populaire sociale-démocratique 

Vivre l’Union sociale-démocratique, 

Vive le Cameroun                                                       Le président National 

Vive l’Afrique                                                             Dr Gustave DEMMANO

Laisser un commentaire

 

ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/... |
MATTNA |
Bloc-notes de Raoul d'Andrésy |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kitoka Moke Mutondo
| lyceededemain
| alternativewittenheim