• SDU

    SDU

  • Sondage

    L’éducation «politique, démocratique, d’éthique républicaine et citoyenne» de la population est-elle la meilleure approche ?

    Voir les résultats

    Chargement ... Chargement ...
  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne

Cameroun: Christian Tumi « Je conseillerais à Paul Biya de ne pas se représenter en 2011″

Posté par sdu le 20 mars 2009

christiantumi1.bmp

L’archevêque de Douala s’est exprimé hier sur les ondes de Rfi sur la démocratie au Cameroun, sur la visite du  pape et sur l’Eglise en Afrique.Le prédécesseur de Benoît XVI, Jean-Paul II, ne faisait pas mystère sur son attachement à l’Afrique.[...]Si j’étais le président actuel, je dirais que j’ai fait réviser la constitution pour le bien du pays. Je ne serais pas candidat en 2011. Les propos du cardinal Tumi ont été retranscrits par Beaugas-Orain Djoyum, journaliste au quotidien Le Jour/ Cameroun

Benoît XVI arrive avec une autre image, moins chaleureuse et, peut-être, plus distante. Comment jugez-vous cette relation entre l’Afrique et ce pape ?  

Bien sûr, le pape Benoît XVI regarde la vie sociale de notre continent. Et c’est pourquoi il a approuvé comme thème pour le prochain synode des évêques pour l’Afrique qui aura lieu en octobre la réflexion de toute l’Eglise qui est en Afrique sur la réconciliation, la justice et la paix. Tout le monde sait bien que notre continent est vraiment en difficulté. On sait qu’il y a des guerres civiles, des gens qui ne veulent plus quitter le pouvoir, même s’ils ne sont pas acceptés par leur peuple.  Je crois que c’est un thème qui est d’actualité. Nous allons avoir une petite réflexion là dessus à Yaoundé avant de nous donner l’instrumentum laborium, c’est-à-dire l’instrument de travail du prochain synode qui s’annonce.

 Le prochain synode spécial des évêques pour l’Afrique aura lieu en octobre prochain. La notion de l’inculturation, c’est-à-dire de la prise en compte des traditions locales, ne fait plus partie du programme, contrairement aux précédents synodes. Est-ce que vous ne le regrettez pas ? 

Non. Je ne le regrette pas. Ce n’est pas à tous les synodes que l’on doit parler de l’inculturation. Nous essayons maintenant d’appliquer ce qui est contenu dans les documents du premier synode africain. Ce qui est très important  actuellement, c’est la traduction de la parole de Dieu en nos langues. Il faut que les gens écoutent la parole de Dieu en leur langue.

 Comment voyez-vous évoluer l’Eglise catholique en Afrique, notamment face à la concurrence des Eglises nouvelles ? 

Nous ne sommes pas inquiets de la présence de ces Eglises. Parce que certaines sont fondées pour s’enrichir. En ce qui concerne Douala où je suis archevêque, nous avons effectué une étude sur la présence de ces mouvements religieux. Nous avons au moins une centaine ici qui viennent des Etats-Unis par le biais du Nigeria. Et comme certains le disent, si vous voulez être riche très rapidement, fondez une Eglise et devenez le gourou de cette Eglise. L’Eglise catholique ne doit pas s’occuper de ces nouvelles religions. Il faut qu’elle s’occupe d’elle-même (…).

 Est-ce que la démocratie est une valeur chrétienne ? 

Ah ! Oui, c’est sûrement une valeur chrétienne. Sans la liberté, il n’y a pas l’homme. On ne peut pas imaginer une démocratie sans la liberté de choisir ses propres gouvernants.

 Comment vous situez-vous face à la révision de la constitution par le président Biya qui lui permettra de se représenter à la prochaine présidentielle ? 

Si j’étais le président actuel, je dirais que j’ai fait réviser la constitution pour le bien du pays. Je ne serais pas candidat en 2011.

 C’est le conseil que vous lui donnez ? 

C’est le conseil que je lui donnerais s’il me demandait un conseil.

 Est-ce qu’il vous le demande de temps en temps ? 

Non, non. Pas du tout.

 A propos des émeutes de la faim de l’an dernier qui ont fait plusieurs de dizaines morts le gouvernement a parlé de 40 morts, les associations des droits de l’homme (notamment l’Acat, Mouvement catholique pour l’abolition de la torture) parlent de plus de cent morts et accusent également la police d’avoir tiré à balles réelles sur les manifestants 

Oui.

 L’Eglise n’a-t-elle pas le moyen de s’élever contre ces atteintes aux droits de l’homme et à la liberté d’expression en général ? 

Chaque fois que l’occasion se présente, les évêques rédigent un communiqué. Et pour les émeutes de 2008, nous avons adressé un message aux jeunes. J’ai moi-même adressé une lettre à la jeunesse pour lui dire que ce n’est pas bien de casser, mais c’est bien de faire connaître ses mécontentements. C’est chose normale.

 Et vous avez envoyé une lettre au pouvoir ? 

Oui.

 Pour lui dire quoi ? 

Pour lui dire qu’il faut le dialogue à temps et à contre-temps. Avec l’homme, la force ne règle absolument rien.

 Monseigneur Tumi, l’assassinat de plusieurs religieux camerounais n’a toujours pas été élucidé. Notamment le dernier en date du père Mekong le 24 décembre dernier. Vous avez eu une réponse du pouvoir camerounais concernant ce dernier ? 

Non pas encore. Mon collègue a été assassiné à Ngaoundéré. Et jusqu’aujourd’hui, il n’y a pas de résultat depuis le lancement de l’enquête. 

 Le pape va à nouveau reparler de ce dossier-là ? 

Peut-être va-t-il encore revenir sur ces dossiers-là. Au moins en privé avec le président de
la République.
 

Monseigneur Tumi, vous qui avez consacré toute votre vie à l’église camerounaise. Que souhaitez-vous pour votre pays pour l’avenir ? 

La paix et rien que la paix. Sans la paix, Madame, nous ne pouvons rien. Je ne crois pas que les Camerounais sont vraiment en paix. Parce que c’est difficile pour les familles de se nourrir. Un père de famille qui ne peut pas nourrir sa famille, qui ne peut pas soigner ses enfants ou sa femme, qui ne peut pas envoyer ses enfants à l’école ne peut pas être en paix. La paix, pour moi,  c’est avoir le minimum nécessaire pour vivre comme un  être humain. 

© Le Jour : Propos recueillis par Rfi et retranscrits par Beaugas-Orain Djoyum Le Jour 

Paru le 18-03-2009 12:02:48 

Laisser un commentaire

 

ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/... |
MATTNA |
Bloc-notes de Raoul d'Andrésy |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kitoka Moke Mutondo
| lyceededemain
| alternativewittenheim