• SDU

    SDU

  • Sondage

    L’éducation «politique, démocratique, d’éthique républicaine et citoyenne» de la population est-elle la meilleure approche ?

    Voir les résultats

    Chargement ... Chargement ...
  • Visiteurs

    Il y a 0 visiteur en ligne

Dominique Strauss-Kahn: le patron du FMI prône les valeurs socialistes pour sortir de la crise.

Posté par sdu le 27 mars 2009

 DSK Patron FMI  

Dominique Strauss-Kahn, le patron du FMI

Invité pendant plus d’une heure trente de l’émission A Vous De Juger sur France 2, le directeur général du FMI s’est imposé en tant qu’économiste. S’il a laissé espérer une sortie de crise, DSK a soigneusement évité toutes les questions sur son avenir français.

Face à Arlette Chabot, Dominique Strauss-Kahn s’est posé jeudi soir en pédagogue de la crise, et a prôné les valeurs socialistes. Mais tenu par son contrat de travail (qui lui interdit de s’immiscer dans la vie politique de quelque pays que ce soit), il n’a pas lâché mot sur ses ambitions nationales.


Au fait des bruits de couloirs du Landerneau hexagonal, il balayé d’emblée l’éventualité d’être nommé prochainement chef du gouvernement par Nicolas Sarkozy: «J’ai entendu cette rumeur, ce n’est pas sérieux, on ne sortira pas de la crise par la combinaison politique. On sort de la crise en mettant en oeuvre des politiques», a-t-il asséné.

Se voulant rassurant tant sur sa détermination que sur ses facultés, celui qui dirige la prestigieuse institution internationale depuis septembre 2007 a assuré: «moi j’exerce mon mandat, je le fais au FMI, j’essaie de le faire du mieux que je peux». «Je joue mon rôle. Que les autres jouent le leur», a-t-il glissé, incisif.

Alors que sa venue sur le plateau d’une émission politique phare avait ravivé des spéculations sur son retour dans l’arène politique, DSK a soigneusement évité toutes les questions un peu trop personnelles de Miss Chabot. «Est-ce agréable de voir qu’on ne vous oublie pas et qu’on réfléchit toujours à votre destin?». «Peut-être à ma place», a t-il répondu laconiquement.

Devant une question insistante sur l’opportunité du bouclier fiscal en France, M. Strauss-Kahn a répliqué, un sourire narquois aux lèvres: «Vous avez raison d’essayer, vous n’y arriverez pas!».

En revanche, le patron du FMI a revendiqué son identité socialiste «évidemment, comme avant». Et d’ailleurs, selon lui, «c’est une crise des valeurs dans laquelle on est», «une crise de l’avidité», «une crise de la dérégulation».Il faut «retrouver des valeurs de solidarité, des valeurs sociales-démocrates, des valeurs socialistes. C’est une victoire idéologique de la social démocratie qui est en train de se passer aujourd’hui», a-t-il commenté.



Interrogé sur la popularité d’Olivier Besancenot, M. Strauss-Kahn a répliqué sèchement qu’ «il n’apportait pas l’ombre du début d’une vraie solution», alors que les altermondialistes, selon lui, mettent «le doigt sur de vrais sujets», mais pour «changer de système il faut prendre des responsabilités politiques», «il faut du courage politique».

«On ne sortira pas de la crise pour revenir à ce qu’il y avait avant». «Il y a tout un modèle de développement différent qui est en train d’émerger, plus environnemental, plus soucieux du cadre de vie, plus moral, refusant tout ce qui tourne autour de l’argent-roi». «Dans une certaine mesure, c’est pourquoi je lutte depuis 40 ans», a-t-il martelé.

Sur les stock-options il s’est montrait intransigeant: «Il faut changer cela. Cela ne peut pas durer», «quand tout va mal, ça ne peut pas aller mal seulement pour les uns et pas aller mal pour les autres», a-t-il estimé. Quant aux salariés de l’usine de pneus Continental de Clairoix (Oise), qui va fermer, ils ont été «trompés», a-t-il affirmé avec la diplomatie d’un candidat en campagne.

 M. Strauss-Kahn a prévu un retour à la croissance mondiale à partir «du 1er semestre 2010», à condition de mettre en place «les bonnes politiques» et notamment d’assainir le système bancaire. Mais «si la sortie de crise, c’est rattraper ce qu’on est en train de perdre alors ce sera plutôt deux ou trois ans», a-t-il averti. A bon entendeur…


Vendredi 27 mars 2009http://www.gala.fr/l_actu/on_ne_parle_que_de_ca/dsk_la_crise_d_abord_le_come-back_on_verra_175546 

 

Laisser un commentaire

 

ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/... |
MATTNA |
Bloc-notes de Raoul d'Andrésy |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kitoka Moke Mutondo
| lyceededemain
| alternativewittenheim