• SDU

    SDU

  • Sondage

    L’éducation «politique, démocratique, d’éthique républicaine et citoyenne» de la population est-elle la meilleure approche ?

    Voir les résultats

    Chargement ... Chargement ...
  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne

Niger : la junte assure vouloir rétablir la démocratie

Posté par sdu le 20 février 2010

LEMONDE.FR avec AFP et AP | 19.02.10 | 16h27  •  Mis à jour le 19.02.10 | 19h39

Vingt-quatre heures après avoir renversé le président nigérien Mamadou Tandja et dissous le gouvernement, la junte a donné, vendredi 19 février, des signes de normalisation : elle a annoncé qu’elle s’apprêtait à relâcher des ministres, que le président, détenu dans une caserne, était sain et sauf, qu’elle allait lever le couvre-feu et rouvrir les frontières terrestres et aériennes du pays. Le chef de la junte a également annoncé qu’il ouvrirait sous peu des discussions avec des responsables sur les priorités du pays, mais sans évoquer de calendrier électoral.Niger : la junte assure vouloir rétablir la démocratie dans Actualités nationales et internationales

Les hommes du coup

La junte militaire a pour président le chef d’escadron Salou Djibo. Né en 1965, le nouvel homme fort de Niamey a reçu sa formation militaire en Côte d’Ivoire, en Chine et au Maroc. Il dirige depuis cinq ans l’une des plus importantes garnisons de la capitale. Certains de ces officiers dirigent les garnisons de la capitale et ont participé aux précédents coups d’Etat de 1996 et 1999.

Parmi eux, le colonel Djibrilla Hamidou Hima, puissant commandant de la zone militaire de défense numéro 1, qui couvre plusieurs régions de l’Ouest, dont Niamey. Surnommé « Pelé », en raison de sa passion pour le football, il est également le président de la Fédération nigérienne de football. Il fut le numéro deux de la junte dirigée par le commandant Daouda Malam Wanké, qui avait renversé le président Ibrahim Baré Maïnassara en avril 1999. Le coup fut suivi de l’élection présidentielle remportée par Mamadou Tandja.

Autre figure importante, le commandant Abdoulaye Adamou Harouna, fils d’un ancien officier de la junte du général Seïni Kountché, auteur du tout premier coup d’Etat au Niger, qui avait renversé Diori Hamani, le premier président civil du pays, en avril 1974.

Dans un communiqué vendredi, le porte-parole de la junte a fait une série d’annonces au nom du « Conseil suprême pour la restauration de la démocratie (CSRD) ». Après avoir suspendu, jeudi soir, la Constitution que M. Tandja (voir le portfolio) avait fait adopter au forceps l’an dernier pour se maintenir au pouvoir, il a promis de rétablir la démocratie, sans préciser quand ni comment. Le Niger doit devenir un « exemple de démocratie et de bonne gouvernance », a-t-il déclaré.

Selon un diplomate de la région, les putschistes appartiennent à une faction de l’armée déçue par la décision de Tandja de prolonger son mandat au-delà de la limite constitutionnelle. Le « Conseil suprême pour la restauration de la démocratie » est dirigé par le commandant Salou Djibo, un officier qui a servi sous le drapeau de l’ONU dans des missions de maintien de la paix (lire encadré).

LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE SOULAGÉE ?

Ce coup d’Etat, qui a fait au moins trois morts et une dizaine de blessés, a été vivement critiqué par l’Union africaine, l’Union européenne et la France, ancienne puissance coloniale. L’Union africaine a annoncé vendredi qu’elle allait suspendre le Niger. Le coup de force des militaires a également été critiqué par la presse internationale, qui souligne cependant son caractère « prévisible ».

Critique à l’égard des puschistes, la communauté internationale ne l’est pas moins à l’encontre du président Tandja. Au lendemain des élections législatives d’octobre, boycottées par l’opposition qui protestait contre la prolongation du mandat de M. Tandja à la tête du pays, la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest avait ainsi décidé de suspendre le Niger, tandis que l’UE gelait son aide au développement.

S’ils condamnent la méthode du coup d’Etat, de nombreux observateurs estiment que Tandja en est le premier responsable et voient dans ce putsch une possibilité de mettre fin à une dérive autocratique. Signe de cet espoir, l’UA a demandé vendredi le retour dans les plus brefs délais à l’ordre constitutionnel « d’avant le 4 août 2009″, date de la révision constitutionnelle imposée par Mamadou Tandja. Le porte-parole du département d’Etat américain, Philip Crowley, a pour sa part estimé jeudi que l’action du président déchu avait « très bien pu précipiter ce qui s’est passé ». L’historien nigérien Djibo Hamani résume d’une formule la pensée des diplomates : « La communauté internationale doit être soulagée. »

Laisser un commentaire

 

ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/... |
MATTNA |
Bloc-notes de Raoul d'Andrésy |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kitoka Moke Mutondo
| lyceededemain
| alternativewittenheim