• SDU

    SDU

  • Sondage

    L’éducation «politique, démocratique, d’éthique républicaine et citoyenne» de la population est-elle la meilleure approche ?

    Voir les résultats

    Chargement ... Chargement ...
  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne

Internet – Des amours qui finissent mal: Dix camerounaises soupçonnées d’avoir tué leurs fiancés Belges

Posté par sdu le 21 juin 2011

DOUALA – 20 JUIN 2011
© Aurore Plus

L’amour tue. C’est du moins l’hypothèse du Parquet fédéral Belge qui a ouvert une enquête sur la mort troublante de dix Belges au Cameroun, selon le journal «La Dernière heure». Les décès semblent s’étaler sur cinq ans. Le point commun de ces dix hommes: ils avaient tous rencontré de jeunes femmes camerounaises sur Internet et s’étaient rendus sur place pour y trouver l’amour et se marier

Le parquet fédéral a ouvert une enquête qui va s’étendre au Cameroun sur des mariages ou pseudo-mariages noués sur la toile qui se sont soldés par la mort des époux de nationalité Belge.

L’amour tue. C’est du moins l’hypothèse du Parquet fédéral Belge qui a ouvert une enquête sur la mort troublante de dix Belges au Cameroun, selon le journal «La Dernière heure». Les décès semblent s’étaler sur cinq ans. Le point commun de ces dix hommes: ils avaient tous rencontré de jeunes femmes camerounaises sur Internet et s’étaient rendus sur place pour y trouver l’amour et se marier. «Il se peut que l’on découvre que ces personnes-ou certaines- sont mortes d’une bactérie africaine (…). Il y a eu dix Belges morts au Cameroun. Dire qu’il s’agit de dix assassinats, ce sont, au stade actuel, des spéculations», tempère Lieve Pellens, porte-parole du Parquet fédéral.

Mais ce conte de fées numérique a pu virer au cauchemar. La thèse de l’empoisonnement est la plus plausible pour la presse belge. Un des cas connus est celui de Michael Pietquin, mort en 2005. Six mois après avoir rencontré sur Internet Nadège, une Camerounaise, le jeune homme de 30 ans décide de partir à Yaoundé. Selon son père, Michaël confie dans son dernier message que Nadège lui avait fait manger «beaucoup trop de plantes de style aphrodisiaque et autres», avant leur mariage coutumier prévu un peu plus tard. Trois jours après ces nouvelles, la jeune femme annonce elle-même sa mort. Son père a fait rapatrier la dépouille. Il serait mort d’une «overdose de paracétamol».

Les circonstances de ce décès rappellent celle de Stéphane S., un autre ressortissant belge décédé. Ce jeune retraité de la Force aérienne se rend à Yaoundé pour les mêmes raisons que Michaël Pietquin de novembre 2009 à mai 2010.

L’homme de 52 ans rentre en Belgique après des problèmes d’argent. «Papa a le teint jaune, il est épuisé(…). Pour lui, c’est qu’une mauvaise grippe(…) il a été comme complètement envoûté», assurent ses enfants. Selon eux, sa femme au Cameroun, âgée de 33 ans, aurait déjà demandé à un avocat la procédure à suivre pour récupérer l’héritage. Les deux familles ont porté plainte. Le site du ministère des Affaires étrangères à Bruxelles met en garde contre «la recrudescence de (ces) rencontres entre des jeunes Camerounaises et des Belges bien plus âgés, souvent retraités». Et conclut, d’un ton prémonitoire: «Il arrive fréquemment que ces rencontres se terminent mal pour ces Belges.»

Le consul de Belgique à Yaoundé relativise toutefois ces accusations d’apprenties-sorcières. Selon lui, ce taux de mortalité élevé serait lié à l’âge des Belges décédés «qui séjournent souvent au Cameroun de façon précaire». Et rappelle qu’il existe beaucoup de couples belgo-camerounais, et eux, bien vivants.

Source: Slate

10 Belges empoisonnés au Cameroun (16/06/2011)

Le parquet fédéral belge nous confirme l’ouverture d’une enquête

BRUXELLES – Des informations de sources diplomatiques belges en poste à Yaoundé, au Cameroun, et reçues à Bruxelles ont été transmises par les Affaires étrangères belges au parquet fédéral. Selon ces informations contenues dans une note intitulée Dénonciation de décès suspects de ressortissants belges au Cameroun, dix ressortissants belges s’étant rendus dans ce pays situé en partie francophone d’Afrique occidentale pourraient y avoir été tués, par empoisonnement.

L’information nous est confirmée à Bruxelles par Mme Lieve Pellens, porte-parole du parquet fédéral. Elle l’est également par Michel Malherbe, porte-parole des Affaires étrangères. La police fédérale est également informée.

Les victimes, dont les identités sont connues, s’étaient toutes rendues au Cameroun dans un but précis.

Le parquet fédéral confirme que l’affaire fait l’objet d’une information judiciaire. “À ce stade, le parquet fédéral ne désigne pas de juge d’instruction mais il est exact qu’il cherche actuellement à obtenir un maximum d’informations.”

Selon nos sources toujours, une première note diplomatique rédigée à Yaoundé est déjà parvenue “à la mi-février” à Bruxelles.

Cette note est “très précise, détaillée”. Elle porte sur neuf décès suspects de Belges clairement identifiés, et rapporte les premières circonstances connues.

Fin mai, cette note de février 2011 a été complétée par un dixième décès d’un ressortissant belge séjournant ou ayant séjourné au Cameroun.

Précisons que le décès d’un steward de la compagnie belge SN Brussels survenu en janvier 2011 en plein vol, dans les toilettes, ne figure a priori pas dans la liste actuelle.

Les décès semblent s’étaler sur cinq ans. Toutes les victimes sont des hommes. La plupart effectuaient un séjour au Cameroun, pays de 19,2 millions d’habitants, dans le but d’y trouver une compagne rencontrée sur Internet et éventuellement s’y marier.

Un des cas était déjà connu: vers la fin mai 2005, Michaël P., 30 ans, de Tamines, a trouvé la mort au Cameroun où il s’était rendu pour y rencontrer Nadège et l’épouser. Le couple avait sympathisé sur Internet.

Sur place, la Camerounaise de 24 ans l’avait invité à visiter sa famille dans le village de sa mère. Lors de son dernier contact avec la Belgique, Michaël affirmait que la jeune femme lui avait fait manger “beaucoup trop de plantes de style aphrodisiaque et autres”.

Sa famille en Belgique avait appris le décès le 1er juin 2005. Le parquet de Namur avait fait pratiquer l’autopsie au retour de la dépouille, à la mi-juin. Les résultats ne furent jamais communiqués

Gilbert Dupont et Hubert Leclercq

Source: La Derniere Heure

 

 

 

 

Laisser un commentaire

 

ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/... |
MATTNA |
Bloc-notes de Raoul d'Andrésy |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Kitoka Moke Mutondo
| lyceededemain
| alternativewittenheim