• SDU

    SDU

  • Sondage

    L’éducation «politique, démocratique, d’éthique républicaine et citoyenne» de la population est-elle la meilleure approche ?

    Voir les résultats

    Chargement ... Chargement ...
  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne

Paul Biya en campagne: Douala sous haute sécurité

Posté par sdu le 6 octobre 2011

 DOUALA – 06 OCT. 2011
 Carole YEMELONG | Cameroon-Info.Net

Dans des quartiers de la capitale économique, militaires, engins de guerre, ceintures de balles, sont restés en faction ce jeudi, le temps que le candidat « choix du peuple » égraine ses promesses.

Douala a tourné au ralenti ce jeudi 06 octobre. Dès l’aube, par groupes de trois à quatre, militaires, gendarmes, policiers, éléments du Bataillon d’Intervention Rapide, un corps spécial des forces armées, étaient postés aux quatre coins de la ville. Le long de l’itinéraire du candidat du rassemblement Démocratique du Peuple camerounais, de l’aéroport à sa résidence à Bonanjo, du dispositif militaire de guerre est bien visible. Des mitraillettes posées sur des trépieds, des hélicoptères dans les airs, la population tenue bien à distance, les routes barrées.

Lorsque l’avion de Paul Biya atterrit, la circulation est coupée. Bien avant, les bureaux du port autonome de Douala ont été vidés de leur personnel, la base navale aussi. « Des hommes en tenue militaires, armés, avec des casques, sont venus nous demander de rentrer chez nous. Ils se sont postés aux portes et fenêtres de nos bureaux, qui donnent sur la mer » explique un cadre d’une entreprise de transit. A Bonanjo, le quartier administratif, impossible d’avoir accès par voiture. Les trois entrées sont barrées, par un gros engin des travaux public à « carrefour Sonel koumassi », une dizaine de policiers « au pont Joss » des militaires « à l’avenue Charles de Gaulle ». Parfois avec une pointe d’impatience, ils expliquent aux usagers « qu’on ne passe pas, ce sont les instructions ». Seuls des militants bien identifiés par les différents organes du parti, vêtus aux couleurs du RDPC ont eu librement accès à la place de l’UDEAC ou s’est tenu le meeting. Dans les autres quartiers, c’était une forte tension. Elle a atteint son paroxysme lorsqu’une roue de véhicule a crevé bruyamment a Bepanda, un quartier populeux de Douala. Le bruit de l’échappement de l’air a coïncidé avec celui des hélices d’un appareil volant dans les airs. « Tous les élevés du collège INTAC qui étaient dans la cour se sont couchés au sol, ils ont cru que de l’hélicoptère on tirait sur eux » explique un habitant du quartier. La nouvelle a vite fait le tour semant quelque peu la panique. Les forces de l’ordre et les médias ont vite rassuré les populations. Mais l’indignation est restée. « Comment il dit qu’il est le choix du peuple et il ne vient pas vers le peuple, il arrive à Douala et on barre toutes les routes, les miliaires sont partout, nos activités sont au ralenti, ce n’est pas normal » fulmine Michel, conducteur de moto. Rodrigue chef d’entreprise n’a pas caché son indignation « je n’ai pas pu aller à la banque, parce qu’elle a été vidée de tout son personnel, mon container est bloqué au port, j’avais déjà tout payé pour le sortir aujourd’hui, j’ai des clients sud africains que je dois livrer avant 15h, comment leur expliquer que l’arrivée d’un candidat à la présidentielle a bloqué toutes mes activités aujourd’hui, je n’en reviens pas ». Jacques a du faire quelques kilomètres à pied pour accompagner ses filles à l’école. Elles n’ont cessé de lui demander en chemin s’il y avait la guerre et pourquoi les messieurs en armes étaient si fâchés.

Le candidat « choix du peuple » était à Douala, avec son peuple à lui. Pendant ce temps, un autre peuple recevait un autre candidat. Une caravane de Jean Jacques Ekindi a sillonné des marchés de la capitale économique. Comme John Fru Ndi, Anicet Ekane, Albert Dzongang et Kah Walla, ils ont promis aux commerçants des lendemains meilleurs.

Laisser un commentaire

 

ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/... |
MATTNA |
Bloc-notes de Raoul d'Andrésy |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kitoka Moke Mutondo
| lyceededemain
| alternativewittenheim